Ma Danse du Soleil

Posté le 29 juin 2018 par laparoliere dans Non classé

 

 

Janbert Grandgil

 

De sauge sur mon corps pour calmer la douleur

Le jeûne de ses lèvres tue mes sens

Vierge ascendant scorpion pique mon cœur

Moitié jaune, moitié rouge lune de sang

 

Sur l’autel à son effigie brûle son feu

Dans le rituel d’un chaman sioux

J’accroche des mèches de  ses cheveux

Aux seize pieux et me sacrifie que pour nous

 

Je m’arracherai cinquante morceaux de chair

Je me transpercerai mon âme pour lui plaire

Et je me suspendrai au-dessus de ses pleurs

Pour remplir son sourire de mille couleurs

 

La rivière de notre amour est sans retour

Même si tes yeux d’azur restent sourds

L’espoir m’apparaît sous une lueur espiègle

Aux griffes du grizzli, à l’œil de l’aigle

Ton visage dans les reflets des rayons d’or

Mon fait souffrir à la vie, à la mort

Pour que tu reviennes, j’ai fixé le soleil

Du lever du jour jusqu’au crépuscule

 

Ma danse du soleil c’est pour toi mon amour

Ma danse du soleil c’est pour toi mon amour

 

Pont Instrumental

 

Des lanières de cuir que tu noues sur mes pensées

Tu me chantes un amour qui me ment

En dansant sur des braises en robe bleue froissée

Renversant mes larmes négligemment

 

Chaque faux pas que je danse me désespère

Dans la folie d’une délivrance vaine

Le vertige de tes paroles légendaires

Hurle inéluctablement dans mes veines

 

Je m’arracherai cinquante morceaux de chair

Je me transpercerai mon âme pour lui plaire

Et je me suspendrai au-dessus de ses pleurs

Pour remplir son sourire de mille couleurs

 

La rivière de notre amour est sans retour

Même si tes yeux d’azur restent sourds

L’espoir m’apparaît sous une lueur espiègle

Aux griffes du grizzli, à l’œil de l’aigle

Ton visage dans les reflets des rayons d’or

Mon fait souffrir à la vie, à la mort

Pour que tu reviennes, j’ai fixé le soleil

Du lever du jour jusqu’au crépuscule

 

Ma danse du soleil c’est pour toi mon amour

Ma danse du soleil c’est pour toi mon amour

 

Pont Instrumental

 

Mes stigmates me rappellent à tes supplices

Que pour toi j’ai dansé l’éternité

Et tu m’as plongé dans le noir telle une éclipse

Sans que la prophétie fût réalisée

 

Sous l’effet des éléments ton indifférence

M’abandonne au chant d’un cygne muet

Dans l’évanouissement dune fièvre d’errance

Je disparais de ta mémoire voilée

 

 

 

 

 

Répondre

D'autres nouvelles

  • J’en parlerai au diable

        Janbert R Grandgil   Après que tu aies vu la couleur de ...

  • Les Yeux d’Amanda

      Janbert R. Grandgil   Il  est parti un soir sans sa guitare Au ...

  • Ma Danse du Soleil

        Janbert Grandgil   De sauge sur mon corps pour calmer la douleur Le ...

  • Bonjour Tristesse

    (style V.F) Janbert Grandgil   Ta vie s’est arrêtée un soir d’automne   Vers dix-neuf ...

  • Nuit Saloon

    (style country honkytonk ou blues)   Janbert Grandgil   Accoudé au bar du « Blue ...

  • Le Mustang

    (style country rock)   Janbert Grandgil   Dans un coin de ma mémoire non ...

Raposphere |
Lesindependantspoprock |
Sejersenbertelsen4 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blog du fjord
| Beard and Bros
| Mleloussoprama3